Chapitre 1 – La chaleur de l’amitié

Une dense fumée blanche s’échappait des innombrables bottes de foin ruisselantes de rosée matinale qui se consumaient ardemment.
Submergé par les nuages toxiques et suffocants, un jeune homme courait à toutes jambes, porté par les ailes de l’inquiétude que lui causait le destin de ses proches.
Lorsqu’il arriva enfin devant le jardin de sa résidence, son tourment se transforma en désespoir au moment où il reconnut les cadavres calcinés de ses parents qui gisaient sur le sol. Pris de panique à l’idée que son jeune frère ait subi le même sort, il s’élança à l’intérieur de la maison. Il poussa un soupir de soulagement à la vue d’un corps étendu par terre mais qui respirait encore.
Le jeune homme se précipita auprès de son frère. Il s’était probablement évanoui à cause du manque d’air, mais ses jambes étaient coincées sous une partie du toit qui s’était effondré. La tristesse envahit le cœur du jeune homme, les larmes coulèrent le long de ses joues, et tout en caressant la chevelure blanche comme la neige de son jeune frère, il jura qu’il ne trouverait pas le repos tant que justice ne serait pas faite. Nidhogg avait eu tort d’attaquer son village et un jour, avec l’aide de Halone, il allait payer pour ses crimes.
« Eh, réveille-toi ! C’est vraiment pas le moment de dormir ! »Perturbé par la voix autoritaire qui lui parvenait aux oreilles, Estinien ouvrit les yeux et son rêve s’estompa.

« … Alberic ? »La vision embrumée par un sommeil encore latent, Estinien prononça sans trop réfléchir le nom de son maître. Il comprit très rapidement qu’il faisait fausse route.

« Hein ? Sire Alberic ? Je crois qu’il y a erreur sur la personne… Tiens, bois, ça ira mieux après. »La silhouette fourra une gourde en estomac de mouton dans la gorge d’Estinien. Après avoir complètement repris ses esprits, ce dernier aperçut un jeune homme brun agenouillé près de lui et qui le regardait d’un air inquiet. Comme lui, il devait avoir à peine plus d’une vingtaine d’années… L’armure grise qu’il portait prouvait son appartenance à l’ordre du Temple.
Son nom restait cependant un mystère. Depuis qu’Estinien avait acquis la maîtrise des techniques de maître d’hast qui lui permettaient de se mesurer aux terribles Dravaniens, il avait reçu un statut à part au sein des templiers et ne fréquentait quasiment plus ses camarades.

« M-merci… »Estinien ne savait plus quoi dire.

« Qu’est-ce qui t’arrive ? Ne me dis pas que tu as oublié mon nom, quand même… C’est moi, Aymeric ! Et je peux te dire que si je n’avais pas été là, tu serais déjà dans les bras de Halone ! »
Estinien regarda autour de lui et en eut le souffle coupé. Sur la prairie encore fumante gisaient les cadavres roussis d’une dizaine de chevaliers. Leurs brûlures étaient atroces et leurs armures ressemblaient à du fer rouge couvert de suie. À la vue de ce carnage provoqué par un souffle draconique d’une puissance incroyable, tout devint enfin clair dans son esprit.
Lorsque les astrologues les avaient avertis d’une attaque imminente des Dravaniens dans les basses-terres, les templiers avaient été immédiatement envoyés sur les lieux. En arrivant dans les prairies vallonnées, ils avaient été surpris par un dragon gigantesque qui s’était dissimulé à l’ombre d’un rocher. Quelques instants plus tard, tout n’était plus que flammes… Estinien avait réussi à lui asséner quelques coups de lance, mais la fumée sombre et le manque d’air avaient eu raison de ses dernières forces.
Cette odeur pestilentielle… C’était la même que celle de son rêve.
L’image de ses parents et de son frère morts par le feu vint se superposer au spectacle désolant qui se trouvait devant lui, et il sentit la haine prendre possession de son cœur. Sa vengeance ne pouvait être assouvie qu’au moment où il planterait sa lance dans le corps de l’ultime représentant de la race des dragons.
« Avec une chance insolente comme la mienne, tôt ou tard, j’atteindrai mon but… quel qu’en soit le prix. »Malgré la tête qui lui tournait encore, Estinien se leva, ramassa une lance qui traînait près d’un de ses camarades morts et essaya péniblement de mettre un pied devant l’autre.

« Mais où est-ce que tu vas ? Ishgard est de l’autre côté, je te signale ! »D’une voix affolée, Aymeric rappela une nouvelle fois Estinien à la réalité.

« Je te remercie pour ton aide. À présent, tu peux aller faire ton rapport au Saint-Siège et me laisser m’occuper de notre ennemi.
– Et tu crois peut-être que tu vas y arriver tout seul ? Laisse-moi rire ! Tu ne sais même pas par où il est parti. S’il te repère le premier, il ne fera de toi qu’une bouchée ! »Malgré les circonstances tragiques, Estinien se retourna et esquissa un sourire.

« Ne t’inquiète pas pour moi. Avant de perdre connaissance, je lui ai planté la moitié de ma lance dans le ventre. Tu vois ces traces de sang ? Il me suffit de les suivre pour le retrouver et l’achever. »À ces mots, Estinien reprit sa route. Comme tous les autres, ce maudit dragon allait payer pour la mort de sa famille.

Au bout de plusieurs longues heures de marche, il faisait enfin face à sa proie. Le dragon avait pénétré dans une grotte située au fond d’une vallée afin de s’y remettre de ses blessures.

« Je suis à bout de forces… Il faut que j’en finisse au plus vite ! »Il poussa un long soupir et se précipita lance en avant en direction du dragon. Lorsque celui-ci comprit ce qui l’attendait, il était déjà trop tard pour fuir. Estinien évita le jet de flammes qui s’ensuivit en plongeant vers la poitrine de son ennemi et leva son arme.
La pointe acérée de la lance tailla en pièces les ailes de la bête, et un cri de douleur assourdissant résonna dans la caverne.

« Tu vas avoir du mal à voler maintenant, misérable ! Surtout dans une grotte, ha ha ha ! »Cependant, Estinien comprit rapidement que le dragon, malgré ses souffrances, n’avait aucune intention de fuir. Il contre-attaqua avec une vitesse prodigieuse et le jeune templier déjà épuisé n’eut d’autre choix que de faire appel à ses dernières ressources. Il porta un coup puissant qui entailla profondément les écailles dorsales du dragon, mais ce mouvement l’exposa aux flammes qui, dans la seconde qui suivit, déferlèrent près de lui et rendirent son armure écarlate. L’ironie du sort voulut que l’attaque d’Estinien fut précisément ce qui le sauva d’une mort certaine. D’un coup d’œil, il jaugea la distance qui le séparait des parois de la grotte et évita les attaques suivantes tant bien que mal, mais il n’avait pas prévu qu’une partie des colonnes rocheuses qui recouvraient le sol et le plafond s’effondreraient sous la pression de la chaleur. Il vit les morceaux énormes de pierre s’abattre sur lui au dernier moment.

« Non, pas ça ! »Estinien évita de justesse de mourir broyé sous des tonnes de gravats, mais il était trop tard pour parer le coup de queue qui arrivait sur lui à toute vitesse. Il poussa un cri de désespoir et se retrouva violemment projeté contre le mur.
Il ne perdit pas conscience mais, l’espace d’un instant, sa vision se troubla. Il sentait le dragon s’approcher pas à pas et était incapable de bouger le petit doigt. La peur montait en lui.

« Non… pas maintenant… »Au moment où il parvint enfin à se saisir à nouveau de sa lance, la brume qui recouvrait ses yeux se dissipa et il vit la silhouette imposante du dragon qui se tenait juste devant lui. Le souffle rauque et le regard plein de haine, la créature inspira profondément et Estinien pensa que sa dernière heure était arrivée.
Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il vit le dragon rabattre sa tête en arrière et souffler ses flammes destructrices dans une autre direction ! Abasourdi, il décida de ne pas se poser davantage de questions et de profiter au plus vite de l’occasion.

« Whoaaaaaarrh ! »Il rassembla ses dernières forces, poussa un cri de guerre et fit un bond prodigieux. Inconsciemment, il imitait la technique du Dragon céleste qui l’avait secouru autrefois. Son instinct lui fit exécuter la technique à la perfection et quelques secondes plus tard, il était dans les airs, la pointe de sa lance plongeant sur son ennemi.

À l’image du Dragon céleste qu’il admirait tant, le jeune templier avait obtenu la victoire en ne faisait plus qu’un avec son arme. C’est alors qu’il aperçut qu’une flèche était plantée dans l’œil de la bête. Elle avait également subi les attaques de l’archer qui se tenait non loin de là. Estinien retomba sur le sol et se releva aussitôt.
« Alors comme ça, tu as préféré me suivre…
– Je ne suis pas égoïste au point de laisser un camarade blessé affronter un dragon tout seul.
– Je vois… C’est tout à ton honneur. »Le jeune homme aux cheveux noirs sourit devant le salut un peu gauche que lui fit Estinien.

« Ça fait deux fois que je te sauve la vie, dis donc ! Tu n’auras qu’à me dédommager de l’une d’entre elles avec un verre dans la taverne de ton choix. Et au fait, je m’appelle Aymeric. Je te conseille de te souvenir du nom de tes amis, ça pourra t’être utile à l’avenir. »Entendant cela, Estinien lui rendit son sourire.

Publicités